theophraste

Ethique : quelques propositions face aux nouveaux défis lancés par l’évolution de la société de l’information

Jeudi 11 Octobre 2012

Le réseau Théophraste a voulu exprimer certaines convictions et formuler quelques propositions, face aux nouveaux défis lancés par l’évolution de la société de l’information.


Des convictions

  • Si les techniques et les outils du journalisme et de la communication (au sens de « relations publiques ») sont largement communs, si les parcours professionnels des uns ou des autres peuvent traverser les lignes, il reste essentiel pour le Réseau que les métiers du journalisme et de la communication soient bien distingués, que leur exercice ne soit jamais simultané, que la formation au journalisme en particulier soit bien spécifiée et identifiée. Mais ceci n’empêche aucunement, mais requiert au contraire que les futurs journalistes soient formés à une connaissance approfondie des mécanismes et du monde de la communication (relations publiques, sondages, etc).
  • L’enseignement de l’éthique professionnelle dans les centres de formation au journalisme doit faire l’objet d’un cours spécifique, coordonné avec, mais distinct, le cas échéant, du cours de droit de la presse. Cet enseignement doit associer professionnels et universitaires dans une éducation à la lucidité et au discernement, en particulier via des études de cas. Il doit irriguer l’ensemble des enseignements et exercices pratiques, et s’accompagner autant que possible d’apports de disciplines complémentaires : philosophie, histoire, sociologie, interculturalité. Avec la volonté de substituer la réflexion journalistique au réflexe journalistique.
  • Un soin tout particulier doit être apporté à l’identification des nouvelles problématiques et des défis nouveaux, comme des défis anciens exacerbés par l’évolution du monde de la communication et de l’information. Ainsi des conflits de plus en plus aigus entre le vrai et le vraisemblable, le vrai et l’intéressant, le juste et l’imagé, la vitesse et l’exactitude, le réel et l’événementiel, l’esprit critique et l’esprit de contradiction, le doute méthodologique et le scepticisme ; ainsi de l’évolution des allégeances du journaliste, du public vers l’employeur, de la rédaction vers l’entreprise ; ainsi de la généralisation de la polyvalence. Les défis nouveaux sont pour l’essentiel liés à l’explosion de la société numérique et de l’Internet : vérification et croisement des sources, pondération de leur valeur, pression du « buzz » sur la toile, manipulations potentielles et accélération des rumeurs, maîtrise des relations avec le public ; gestion des forums ; maîtrise des coopérations avec les « amateurs » ; question du plagiat ; problème du droit à l’oubli.
Ethique : quelques propositions face aux nouveaux défis lancés par l’évolution de la société de l’information

Des propositions

Les centres du Réseau doivent chercher, mutualiser, publier et enseigner.
  • chercher : assurer la veille de l’évolution jurisprudentielle, l’observation scientifique des comportements, l’analyse des dérives, la description des dispositifs liés à l’impératif éthique. Chaque centre doit élever le niveau de sa contribution à la recherche, pour analyser et comprendre.
  • mutualiser : échanger entre centres à la fois les observations et les projets de recherche, les conclusions, les écueils et les réussites pédagogiques.
  • publier : le travail commun doit donner lieu à une mise à disposition publique, à une visibilité générale des réflexions du Réseau ; à l’image de l’ouvrage sur la formation au journalisme édité par l’Unesco, le Réseau peut concevoir et éditer des outils de formation, des programmes-types, éditer des outils pédagogiques.
  • enseigner : des aptitudes et des questionnements. Aptitude au questionnement permanent, à l’inquiétude méthodologique, au discernement concret, identification des actions menées, des initiatives prises en matière d’éthique, de leur bilan réel.

Des projets concrets

  • ouvrir des forums ponctuels : animer des « ateliers » pluralistes, nord-sud, sur des thèmes précis et de nature à mutualiser les connaissances et les expériences. Exemples : le plagiat ; le droit à l’oubli ; l’identification des sources sur Internet ; la gestion des réseaux sociaux, les composants de la « posture antivirale ».
  • missionner des membres du Réseau : confier à un membre du Réseau la recherche et la confection de fiches spécifiques, par exemple sur « la coopération avec les journalistes citoyens », ou « les bonnes règles de gestion des forums », « les précautions d’usage et bons usages des blogs »
  • publier régulièrement, à des niveaux divers, plus ou moins publics, ces éléments de réflexion et d’action pédagogique
  • élaborer un ou des programmes-types de formation permanente à l’éthique : par exemple un module pour les accédants au métier, ou un module pour professionnels confirmés sur les journalismes spécialisés, etc
Pascal GUENEE

Les News

Flux RSS

Inscription à la newsletter